Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Svpat M...

La dernière lettre du jeune Mouloud Môquet.

23 Octobre 2011 , Rédigé par svpat-maah-renaud Publié dans #Ca me révolte :

Ma petite maman chérie,
mon tout petit frère adoré,
mon petit papa aimé,

Je vais être expulsé.
Par le prochain avion. Vol direct sans escale, et gratuit. Mieux qu’un vol à prix discount ! C’est à peine imaginable. Les fées de la République française se sont penchées sur moi. Je vais enfin découvrir ce pays où je suis né et que je n’ai jamais vu autrement qu’aux infos de vingt heures…
Au début, je n’y croyais pas trop, je pensais qu’on me menait en bateau, mais non, je vais voyager en avion ! Discrimination positive ! Pas en boat people, même pas clandestinement, non, non, tout ce qu’il y a de plus officiel ! Et quand je dis en avion, c’est bien assis avec les passagers et non pas dans la soute à bagages ou coincé dans le train d’atterrissage !
Je vais être traité comme un prince ou un diplomate. Et accompagné en plus, jusque l’aéroport. A l’arrivée, il y aura un comité d’accueil. On me prendra en charge, c’est garanti. On me fera visiter l’architecture locale, des prisons qui datent du colonialisme à ce qu’on m’a dit, le patrimoine historique quoi !
Ça paraît trop beau pour être vrai. Vous pensez bien : déjà, vivre à Paris quand on n’a pas de papiers, ce n’est pas toujours évident, alors voyager ! Sans carte d’identité, sans passeport ! C’est vraiment miraculeux ce qui m’arrive !
Ce que je vous demande, toi en particulier, ma petite maman, c’est d’être courageuse : pourrais-tu me prêter dix sacs ? Parce que j’ai rien sur moi et que j’aimerais bien pouvoir vous envoyer une carte postale en arrivant…
Je n’ai pas eu le temps de vous embrasser. Et pas moyen de passer au squat avant de partir. Il y a quelques formalités à remplir qui obligent le personnel de l’agence à me garder à vue.
Bon, si jamais on ne devait plus se revoir avant mon départ, sachez que j'ai fait de mon mieux pour suivre la voie que vous m’avez tracée.
17 ans et demi, ma vie en France aura été courte, mais vachement enrichissante.
Quand je pense que la majorité des français ne peut pas partir en vacances, j’ai presque honte d’être aussi bien traité.

Je vous embrasse tous.
Votre Mouloud qui vous aime.

*extrait de "Dieu, mes chaussettes et moi" de Rodrigue ROUYER (Thebookedition.com)
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article