Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Svpat M...

L’aile gauche du PS admise en soins palliatifs

28 Octobre 2012 , Rédigé par svpat-maah-renaud

L’aile gauche du PS admise en soins palliatifs au CHU de Toulouse.

     Sydne93-  27 Oct 2012

Alors qu’elle participait à un congrès du parti social libéral, l’aile gauche du PSL a été admise en soins palliatifs du CHU de Toulouse dirigé par le professeur Jean Louis Bayrou. Selon le médecin qui a signé l’admission au sein de ce service qui prend en charge la fin de vie, il ne s’agît pas d’un accident médical soudain mais bel et bien des conséquences d’une longue agonie. Cette agonie est, toujours selon ce médecin, provoquée par le syndrome de “Delors et Rocard”. Ainsi, l’ambiance délétère et stressante dont était victime l’aile gauche du PSL, avant et pendant le congrès auquel elle assistait, n’est pas la cause de sa pathologie.

Notre correspondant accrédité pour suivre le congrès du PSL sur place a obtenu une interview exclusive du professeur Jean Louis Bayrou.
Merci à l'Agence A Gauche pour de Vrai  qui a dévoilée l'affaire en premier)

A gauche pour de vrai: professeur, dans quel état est en ce moment l’aile gauche du Parti Social Libéral?
Jean Louis Bayrou: pour tout dire critique, et c’est la raison pour laquelle j’ai autorisé en urgence son admission au sein du service que je dirige.

AGPDV: il n’y a donc vraiment plus aucun espoir?
JLB: malheureusement non. L’évolution du patient montre une longue mais bien réelle aggravation de son état général. Ce qui est typique du syndrome de “Delors et Rocard” que je connais particulièrement bien. Au début, le lobe cérébral gauche est d’un volume sensiblement identique au droit. Puis lentement, mais irrémédiablement, les cellules nerveuses de l’hémisphère gauche migrent vers la droite. C’est cela le syndrome de “Delors et Rocard”. Pour ce qui est de notre patient, les cellules migrants vers la droite sont légions depuis 2005. A terme, cela provoque la disparition du cerveau gauche et donc la mort.

AGPDV: comment pouvez-vous mesurer ces migrations cellulaires?
JLB: grâce aux techniques classiques d’imagerie qui sont très précises de nos jours. En 2005, le lobe gauche représentait 45,24% du volume cérébral total du patient. Ce qui est déjà dans la limite inférieure pour lui garantir une pensée globale de gauche correcte. En 2008, la détérioration est brutale et la gauche ne représentait plus que 18,52% du volume global. Aujourd’hui, nous sommes nettement en dessous de 15%.

AGPDV: mais quelles sont ces cellules nerveuses migrantes de la gauche vers la droite. On peut les caractériser?

JLB: absolument. Il est même indispensable de le faire, car certaines de ces cellules remplissent des fonctions plus importantes que d’autres. Ainsi, en 2008, la cellule Montebourg, qui a pour fonction de contribuer au renouvèlement du fonctionnement du cortex gauche, a subitement migré dans la région Royal du lobe droit, puis dans l’aire Aubry. La cellule Montebourg semble s’être stabilisée aujourd’hui autour du noeud Ayrault, un petit noyau de nerfs localisée dans la zone libérale et patriotique du cerveau droit.

AGPDV: vous avez réussi à isoler d’autres cellules mouvantes?
JLB: tout à fait. Et la plus intéressante est sans aucun doute la cellule Hamon car elle est la caution la plus forte du cortex gauche. Et il est particulièrement inquiétant d’observer le véritable bond qu’a fait cette cellule lors de sa migration. A la différence de la Montebourg, elle n’a pas migré de manière progressive. Elle est passée brutalement du néo cortex Un Monde d’Avanceà la région Moscovici du cerveau. Or, la sphère cérébrale Moscovici est spécialisée dans le traitement cognitif du bonus fiscal des volatiles urbains. Ce qui caractérise parfaitement l’activité générale du cortex droit. Enfin, lorsque la cellule Hamon migre, elle entraine dans son sillage de nombreuses cellules résiduelles. Certaines sont conséquentes comme la Emmanuéli, d’autres spécialisées dans l’orientation dans l’espace comme la cellule Hammadi.

AGPDV: pouvez-vous éclairer nos lecteurs sur ce que vous entendez par l’orientation dans l’espace?
JLB: il s’agit en particulier de la gestion neuronale de la gravitation, ce qui est indispensable, par exemple, lorsqu’on pratique le saut en parachute.

AGPDV: et comment ces cellules se comportent-elles après leur migration?
JLB: votre question est pertinente. Car le comportement de ces cellules migrantes peut laisser croire qu’elles continuent de fonctionner comme avant. Mais en réalité, elles assument clairement des fonctions indispensables au lobe cérébral droit. Ainsi peuvent-elles donner l’ordre aux connections synaptiques qui commandent la motricité d’appuyer sur le bouton du non au TSCG et dès le lendemain sur le bouton oui à propos de la loi organique qui institue la règle d’or.


AGPDV: peut-on parler de schizophrénie?

JLB: non, certainement pas! Il s’agît plus véritablement du complexe de mythomanie!


AGPDV: mais il n’est pas possible de régénérer le cortex gauche? Il lui reste tout de même encore 13, 4% de volume global?
JLB: j’aimerai pouvoir vous répondre oui. Mais dans les faits, les cellules toujours fixées à gauche n’ont pas du tout les fonctions aussi essentielles que pouvaient avoir les cellules Montebourg et Hamon. Et je ne vous ai même pas parlé de cellules tout aussi importantes, comme la Fabius ou la Bartolone, qui désormais remplissent des fonctions cérébrales extrêmement importantes du côté droit mais qui avaient migré plus tôt il est vrai.


AGPDV: c’est donc une fin programmée que vous nous décrivez là? Pouvez-vous annoncer une date?

JLB: je préfère ne pas répondre à cette question par respect de celles et ceux qui gardent espoir et ne veulent pas admettre la réalité. Espérons que le patient passe la Toussaint.


Pas besoin d’être le professeur Jean Louis Bayrou pour comprendre que la fin de l’aile gauche du Parti Social Libéral peut maintenant survenir à tout moment.

Aussi est-il sans doute souhaitable d’accepter un deuil inévitable et se tourner de nouveaux vers la vie et des projets de gauche, ambitieux, socialistes, républicains et écologiques.

Espérons que les quelques cellules de gauche du PSL non encore atteintes par le syndrome “Delors et Rocard” sachent faire ce choix.
 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article