Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Svpat M...

Comme un poisson dans l'eau

29 Juin 2013 , Rédigé par svpat-maah-renaud Publié dans #Divers

L'homme descend du singe paraît-il.

A voir ce bébé nager dans cette piscine, en toute décontraction, on se demande si, avant le singe, il n'y a pas eu un dauphin dans l'arbre généalogique de ce bambin surdoué.

Lire la suite

Et Marine Le Pen tombe le masque.

29 Juin 2013 , Rédigé par svpat-maah-renaud Publié dans #Ca me révolte :

Et Marine Le Pen tombe le masque.

"Je travaille depuis 20 ans en France où j’ai cotisé et payé mes impôts, si mon entreprise ferme, que je suis licencié que ferez-vous de moi"

Et Marine Le Pen tombe le masque. Après une tentative d’esquive, elle répond :

"Vous aurez 6 mois de chômage pour retrouver du travail (car on n’est pas violent comme aux États Unis) puis, si vous ne pouvez pas subvenir à vos besoins vous serez expulsé...."

On ne peut plus clair, cet homme*(1)aura cotisé 20 ans pour le chômage pour se voir refuser toute indemnité au bout de 6 mois.

Pire, pendant 20 ans il aura bien participé à l’économie de la France par son travail et ses impôts, pour être jeté hors du pays où il a sa vie, peut être son logement et toute sa famille.

Et comme tout droit, une condamnation à l’expulsion comme un délinquant. !

*(1) Le matin du 26 juin, sur France Inter, après 30 mns de dé-diabolisation... à cette question précise d’un auditeur étranger

Lire la suite

Un bon dessin vaut mieux qu'un long discours !

28 Juin 2013 , Rédigé par svpat-maah-renaud Publié dans #Des Pavés dans la mare

http://sphotos-c.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-prn1/q71/1012126_592474674106146_718674867_n.jpg

Lire la suite

La Finance a déjà choisit

24 Juin 2013 , Rédigé par svpat-maah-renaud Publié dans #Ca me révolte :


De la montée du FN…


Dans un document publié à la fin du mois de mai, le géant des banques d’investissement américain JPMorgan Chase réclame l’abrogation des constitutions démocratiques bourgeoises établies après la Seconde Guerre mondiale dans une série de pays européens et la mise en place de régimes autoritaires.

il affirme que des mesures financières sont nécessaires pour garantir que les principales institutions d’investissement comme JPMorgan puissent continuer à engranger d’énormes bénéfices de leurs activités spéculatives en Europe.

Ensuite, les auteurs soutiennent qu’il est nécessaire d’imposer des « réformes politiques » destinées à supprimer l’opposition aux mesures d’austérité massivement impopulaires qui sont appliquées au nom des banques.

et comme cela ne suffit pas. pour JPMorgan  et afin d’éviter une révolution sociale dans la période à venir, ses analystes préviennent qu’il est indispensable que les gouvernements capitalistes partout en Europe se préparent aussi vite que possible à mettre en place des formes de régime dictatoriales. 

 

…jusqu’à la dictature !

Source

Lire la suite

La CGT ringarde ?

20 Juin 2013 , Rédigé par svpat-maah-renaud Publié dans #Des Pavés dans la mare

Et pourtant elle est force de propositions !

 

L'industrie fait partie des six thèmes abordés pare la Conférence sociale.

 

La CGT participe à cette table-rondeporteuse  d'une longue liste de projets industriels pour relancer une politique industrielle digne de ce nom.

 

L'Humanité dévoile en avant-première le document.

( il y a peu de chance que les "experts de la TV" en parlent ! )

 

 44444.JPG

 

La liste est longue de cinquante pages. Mais la centrale de Montreuil prévient: elle n'est pas exhaustive.

Elle présente "des projets industriels ou des pistes alternatives réalisés par les syndicats de la CGT" qui "portent aussi bien sur des filières entières comme l’automobile, la sidérurgie, les TIC, la construction navale… que sur des entreprises voire des sites particuliers comme CAMIVA, EADS…"

L'objectif est clair: une relance de l'emploi industriel est possible en France pour peu que l'on en fasse une priorité et que l'on y mette les moyens.

Or, "à ce jour, regrette l'introduction du document, nous constatons que sur l’immense majorité des alternatives proposées, la CGT a subi une fin de non recevoir de la part des dirigeants des entreprises concernées et aucune prise en considération concrète de la part du gouvernement."

Lire la suite

Et une jeune femme a pris la suite, un bandeau sur les yeux, elle lit un livre....

18 Juin 2013 , Rédigé par svpat-maah-renaud

http://sphotos-c.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-frc3/1016777_456034361157756_798865479_n.jpg

Erdem Gunduz, choregraphe stambouliote, se tient debout sur la place Taksim d’Istanbul.

Muet, le regard fixe sur le portrait du père fondateur de la Turquie moderne, Mustafa Kemal Ataturk, il n’a pas bougé depuis des heures. Son action pacifique, sur une place interdite au rassemblement par les autorités turques, intrigue et fascine les centaines de personnes qui l’observent, lui, et la police.


Il est arrivé lundi soir à la nuit tombée et s’est planté au milieu de la place, à quelques dizaines de mètres du parc Gezi. Le parc, berceau de la contestation du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, est solidement gardé par des dizaines de policiers depuis l’opération coup de poing samedi soir des unités antiémeute qui l’ont vidé à coups de gaz lacrymogènes et de canons à eau de ses milliers de manifestants.
Cinq heures plus tard, l’homme est toujours là, les mains dans les poches, un sac et des bouteilles d’eau à ses pieds.

 

La nouvelle de son action s’est propagée à grande vitesse sur les réseaux sociaux. Elle porte un nom sur Twitter, #Duranadam», «l’homme à l’arrêt».

Des centaines de personnes ont afflué.

Il est aidé par ses amis qui empêchent les centaines de personnes présentes de s’approcher de lui et le ravitaillent en eau.

AFP

 


Et une jeune femme a pris la suite, un bandeau sur les yeux, elle lit un livre....


 

Lire la suite

C’est tout cela que nous avons à défendre !

16 Juin 2013 , Rédigé par svpat-maah-renaud Publié dans #Des Pavés dans la mare

Tout ce que Bruxelles veut vous faire perdre :

Retraites, droit du travail, services publics, fiscalité

Si la France suit à la lettre les recommandations économiques dévoilées par la Commission européenne, les droits actuels à la retraite, les services publics et les protections des salariés vont en prendre un sacré coup.

Revue de détail de ces changements néolibéraux qui se cachent derrière le terme politiquement correct de "réformes structurelles".

·         Retraites rognées 

L'objectif assigné par Bruxelles à Paris est de ramener à l'équilibre "pour 2020 au plus tard" son système de retraites. Pour ce faire, la Commission n'édicte qu'un seul oukaze: "Eviter d'augmenter les contributions des employeurs aux régimes des retraites". En clair, il s'agirait donc de jouer soit sur les niveaux actuels des pensions, donc sur le pouvoir d'achat des retraites, soit sur les droits à la retraite à taux plein des salariés, soit sur l'âge légal (65, 67 ans?), soit encore sur l'alignement des régimes spéciaux sur le régime général. Bref, c'est aux Français de faire les efforts. Pas touche aux cotisations des entreprises.

 Réponse à l'automne lors du lancement d'une nouvelle réforme des retraites, après celles de 2003 et 2010. Mais comme ca tombe bien ce rapport Moreau !

·         Assurance chômage lessivée

La travail étant une charge et non créateur de richesse pour la Commission européenne, Bruxelles demande à la France de "doper sa compétitivité". Après l'Accord national interprofessionnel (ANI) et sa récente transposition dans la loi, voici donc un second round de flexibilisation du marché du travail hexagonal. Cette fois, les assurances chômage sont dans le viseur. Il faut "lancer en urgence une réforme de l'assurance chômage avec les partenaires sociaux pour assurer qu'elle rend attractif le retour au travail", dit la Commission. Fainéant de chômeurs!

·         Travail dérégulé

Dans la même veine, la Commission renouvelle sa demande de réforme du marché du travail et d'ouverture de certaines professions comme les notaires ou les taxis. Elle souhaite voir renforcer la compétitivité des services en agissant sur les professions réglementées via la suppression des quotas et autres restrictions juridiques. Elle préconise également de simplifier la législation sur les heures d'ouverture des magasins. Déréglementer , même les horaires des pendues ?

·         Règlementations chassées

Selon Bruxelles, Paris devrait aussi supprimer les tarifs réglementés sur le gaz et l'électricité et ouvrir le secteur du transport ferroviaire domestique des passagers. Ce qui est déjà sur les rails.

·         Fiscalité remaniée

Là encore, un seul mot d'ordre: tout pour les entreprises, les particuliers peuvent payer! Les services de Jose-Manuel Barroso attendent de la France une "simplification" de sa fiscalité. Soit transférer une partie des cotisations des entreprises vers l'environnement et la consommation. Mais aussi abaisser la taxe sur les sociétés, élargir la base de l'impôt sur le revenu, ramener les taux de TVA proches de la moyenne européenne... et qu’on leur donne de la brioche !

·         Moins de services publics

La Commission européenne n'a pas abandonné son bâton austéritaire pour cogner sur l'Etat social. Après avoir octroyé "gracieusement" deux années supplémentaires pour diminuer ses déficits publics en-dessous des 3%, Barroso présente la note en imposant un calendrier précis: 3,6% du PIB en 2014 et 2,8% en 2015, après 3,9% cette année.

Ces deux années supplémentaires ne sont "pas une solution de facilité, au contraire, c'est une exigence que la France fasse les réformes indispensables", a insisté le président de la Commission européenne. Ce dernier a en tête la simplification administrative de l'Etat via la future loi de décentralisation: une occasion de gommer des missions de service public exercées par les collectivités territoriales. Les dépenses de l'Etat restent aussi sous surveillance. La baisse des déficits impose des coupes budgétaires pour 2013 et 2014, auxquelles le gouvernement français a déjà préparé les esprits.

 

 C’est tout cela que nous avons à défendre !

Lire la suite

La "Boldochévique" n'est plus ce que c'était !

13 Juin 2013 , Rédigé par svpat-maah-renaud Publié dans #Des Pavés dans la mare

http://sphotos-b.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-frc1/602360_204797229670147_674397518_n.jpg

Lire la suite

Ils voient des "y-faut-réformer-les-retraites" partout !

12 Juin 2013 , Rédigé par svpat-maah-renaud

Une obsession récurrente anime les gouvernements depuis vingt ans : réformer les retraites. En France, le gouvernement Hollande-Ayrault projette une quatrième réforme à l’automne prochain en raison de trois arguments qui sont de faux prétextes : il y aurait un déficit plus important que prévu des caisses de retraites ; on vit plus longtemps et il faudrait travailler plus longtemps ; la Commission européenne l’exige pour ramener les déficits publics à 3 % du PIB. Le rapport présenté par Mme Yannick Moreau propose des solutions qui sont dans le droit fil des réformes précédentes ayant conduit à une diminution importante du montant des pensions sans résoudre aucun problème à long terme.

Les déficits annoncés des caisses de retraite (autour de 14 milliards en 2012, environ 20 en 2020) n’ont rien à voir avec le vieillissement de la population, il sont dus, pour des montants équivalents, à la crise qui bloque l’activité, l’emploi et les cotisations sociales. Poursuivre les politiques d’austérité ne peut qu’aggraver la situation. Les injonctions de la Commission européenne pour accomplir des « réformes structurelles » sont mortifères.

Obliger à travailler plus longtemps, soit en allongeant la durée de cotisation, soit en retardant l’âge de la retraite, soit par les deux moyens à la fois, alors qu’un chômage croissant sévit, est aussi cynique qu’absurde : comme les emplois se raréfient, ces nouvelles obligations ne pourront être satisfaites et se solderont pour les salariés hommes et femmes par une diminution de leurs futures pensions, et une incitation, à condition d’en avoir les moyens, à recourir aux assurances privées pour s’assurer un complément de retraite. De plus, elles s’inscrivent dans un modèle de développement productiviste arrivé aujourd’hui dans une impasse, mais qui condamne les individus à travailler toujours plus.

Les propositions du rapport Moreau font mine d’appeler toutes les catégories à faire des efforts, mais on voit bien que l’essentiel sera mis sur le dos des salariés et des actuels retraités. En prétextant tendre vers l’unification des différents régimes de retraite, notamment entre ceux du public et du privé, ce rapport prévoit l’alignement par le bas. Il oublie qu’avant les réformes qui ont déjà eu lieu, à salaire identique, les retraités du public et du privé connaissaient un taux de remplacement égal à 75 %, bien qu’obtenu par des modes de calcul différents. Il fait aussi silence sur les véritables inégalités, notamment entre hommes et femmes, très importantes dans la vie active, et qui sont aggravées lors du passage à la retraite. Enfin, ce rapport fait le silence complet sur le bond en avant des revenus du capital qui plombent l’activité, l’investissement, l’emploi et la protection sociale. Au bas mot, le « surcoût » du capital pour la société se chiffre à 100 milliards d’euros de dividendes supplémentaires par an, en comparaison avec l’époque précédant l’ère néolibérale. Quand une véritable réflexion sur ces données infléchira-t-elle les politiques sociales à venir ?

 

 Ambroise Croizat, parlant du programme du Conseil National de la Résistance, disait en 1945 :

 

« Le changement n’est pas qu’une affaire de lois. Il réclame votre participation dans la rue, la cité, l’entreprise. »

 

Nos parents ont "participé" en 36 avec les résultats sociaux que l'on connait !
A nous aujourd'hui et demain !!!!!

Lire la suite

Commission Moreau sur les retraites: des propositions détonantes !

5 Juin 2013 , Rédigé par svpat-maah-renaud

Le rapport de la commission Moreau sur l'avenir des retraites, qui sera remis la semaine prochaine au gouvernement, propose une série de mesures détonantes.

Le rapport de l'ex-présidente du Conseil d'orientation des retraites (COR), qui sera remis la semaine prochaine au gouvernement, contiendra des propositions détonantes.

 

Augmenter les cotisations patronales, aligner le taux de CSG des retraités sur celui des actifs, revoir les règles de calcul des pensions des fonctionnaires…

 

D'après des sources syndicales qui ont eu accès à son contenu, le rapport propose une série de mesures qui mettraient à contribution tous les Français pour redresser les comptes à court terme.

 

Les retraités d'abord, via la suppression de l'exonération d'impôt de 10% pour frais professionnels dont ils bénéficient comme les salariés de manière injustifiée, la fiscalisation des pensions majorées de 10% pour les parents de trois enfants et plus, ou encore l'alignement du taux réduit de CSG des retraités aisés sur celui des actifs. Attention, ces mesures que rapporte Yannick Moreau ne seraient pas forcément cumulatives.

 

Les actifs seraient eux aussi mis à contribution en travaillant plus. Si Yannick Moreau ne tranche pas entre report de l'âge légal de retraite et allongement de la durée de cotisation pour prétendre à une retraite à taux plein, la présidence de la commission sur l'avenir des retraites penche plutôt en faveur de la seconde option, plus dans l'air du temps et en phase avec les orientations déjà avancées par le gouvernement.

Hausse des charges patronales

Pour augmenter les recettes, le rapport propose également une hausse de 0,3% de la cotisation patronale déplafonnée, qui augmenterait ainsi de 1,6% à 1,9%. De quoi faire bondir le Medef…

Les employés, pour leur part, pourraient subir une sous-indexation de leurs salaires (portés au compte) pour le calcul de leur retraite. Un exemple, pour bien comprendre ce mécanisme: ils cotiseraient 100 euros mais ne généreraient que 95 euros de droits à la retraite. Un mécanisme déjà en place dans les régimes complémentaires des salariés et des cadres Agirc et Arrco…

Sur le long terme, le pilotage du régime pourrait être réalisé via cette sous-indexation, comme c'est déjà le cas pour les retraites complémentaires des salariés et des cadres Agirc et Arrco. Le Conseil d'orientation des retraites proposerait par exemple en période de crise de sous-indexer davantage les salaires portés au compte, et le gouvernement trancherait.

Modifier le calcul des retraites des fonctionnaires

Le rapport s'attaque aussi aux inégalités entre salariés du privé et fonctionnaires. Il propose que les pensions de ces derniers soient calculées sur les traitements (leur salaire) des 10 dernières années, et non plus des six derniers mois. En échange, les primes, qui représentent une grande partie de la rémunération des fonctionnaires de certains ministères (jusqu'à la moitié pour certains agents de l'Économie), seraient mieux prises en compte dans le calcul. De quoi faire hurler, là, les syndicats de fonctionnaires…

 

Au sujet de la pénibilité, sujet cher au gouvernement, le rapport Moreau propose deux solutions: mettre en place des congés de fin de carrière ou un système d'acquisition de suppléments de retraite. À noter, le rapport retiendrait deux types seulement de situation de travail pénible: le travail de nuit et l'exposition à des substances cancérigènes.

 

Enfin, pour réduire les inégalités homme femme, le rapport Moreau préconise de réformer les avantages familiaux liés au nombre d'enfants. Ce système, proportionnel au niveau de la pension, favorise en effet plus les hommes que les femmes. Un comble alors que ce sont ces dernières qui arrêtent de travailler le plus souvent pour s'occuper de leurs enfants. Le rapport propose donc la forfaitisation de ce système.

Ce rapport fera office de boîte à outils dans laquelle le gouvernement piochera les mesures qui lui semblent les plus opportunes, et aussi politiquement acceptables, à prendre.

Lire la suite
1 2 > >>