Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Svpat M...

Le NAIRU, le chômeur-profiteur... et toi, et toi et toi !

17 Novembre 2014 , Rédigé par svpat-maah-renaud

Pourquoi les travailleurs se tirent une balle dans le pied en stigmatisant les chômeurs?

 

 

Savez-vous pourquoi les gouvernements font la traque aux chômeurs, en nous faisant croire que c'est pour traquer le chômage, mais qu'en fait, ils ne font ni ne décident jamais rien qui pourrait avoir une quelconque incidence utile à faire diminuer le taux de chômage? Mais que par contre, il leur est plus utile économiquement de stigmatiser, et d'encourager la stigmatisation et la pression sur les chômeurs ?

 

 

Dans la famille des indicateurs économiques, j'appelle le NAIRU.

En anglais dans le texte: Non Accelerating Inflation Rate of Unemployment.

En français: Taux de chômage n'accélérant pas l'inflation.

Ca veut dire quoi? Ca veut dire qu'il existerait, selon les économistes, un taux de chômage qui permet d'avoir une influence sur l'inflation.

Et ça, les Etats capitalistes, ils en ont besoin pour assurer une pression sur les salaires, pour les faire baisser, pour augmenter le bénéfice pour engraisser les actionnaires.

Comment ça marche?

Prenons un exemple: imaginons que nous soyons en période d'approximatif plein emploi, comme dans les années 50 ou 60. Les employeurs ont besoin de main d'œuvre. Il y en aurait assez peu de disponible sur le marché de l'emploi. La concurrence entre travailleurs est donc assez faible, et les employés peuvent très facilement retrouver un emploi ailleurs s'ils perdent le leur. Les employeurs se disputent même les meilleurs d'entre eux pour qu'ils rejoignent leur entreprise. C'est au plus offrant.

Que se passe-t-il? L'employeur doit offrir un bon salaire, et de bonnes conditions de travail, parce que sinon, le salarié ira directement ailleurs. En cas de désaccord, le salarié peut mettre ses conditions, et demander des augmentations, ou refuser un travail trop ingrat et trop mal payé. Les salaires sont donc susceptibles d'augmenter. C'est l'inflation des salaires. La marge bénéficiaire des entreprises diminue. Les dividendes des actionnaires aussi.

Nous sommes maintenant en période de chômage de masse. Les employeurs ont l'embarras du choix. Si un salarié n'est pas content, ou râle pour ses conditions de travail, ou demande une augmentation, son patron lui dira "si tu n'es pas content, la porte est là, il y en a 500 qui attendent". Il  a donc peur de perdre son job, doit la fermer, accepter des conditions de travail et un salaire de plus en plus merdiques pour conserver son emploi. Il n'est pas en condition de demander une augmentation, les salaires restent plus ou moins stables, et diminuent même. Le patron est donc content, parce qu'il peut engager à moindre coût, et donc augmenter son bénéfice car les salaires sont moins importants.

Mais cela n'est possible que si on met la pression sur les chômeurs, qu'ils se mettent effectivement à tambouriner à la porte des entreprises. Parce que sinon, il n'y a pas de pression, et la situation est similaire à celle du plein emploi. Les salariés ne se sentent pas menacés si les chômeurs sont exigeants et ne veulent qu'un travail de qualité, et continueront de demander des augmentations et de refuser des conditions de travail indécentes. Les chômeurs n'acceptent de travailler que si le salaire et les conditions de travail en valent vraiment la peine.

Tiens, il se trouve que ce taux, le NAIRU est actuellement de 9% pour la France ! Mais quel hasard ! Le taux de chômage en France  est de   9,7 %.

Ca veut dire que pour empêcher les travailleurs d'avoir des revendications de salaires et de conditions de travail, pour faire baisser les salaires, il faut continuer à mettre la pression sur les chômeurs et surtout ne pas faire baisser le taux de chômage. Il faut que le taux de chômage reste proche du NAIRU, et que la pression sur les chômeurs reste constante, voire s'intensifie.

On a donc tout intérêt à stigmatiser les chômeurs, à faire croire qu'ils profitent honteusement, pour pouvoir mettre encore plus de pression sur eux, et donc sur les travailleurs, pour faire baisser les salaires et "libéraliser" comme ils disent, les conditions de travail.

Donc, travailleur, si tes conditions de travail sont de plus en plus merdiques, est-ce la faute aux chômeurs-profiteurs?

Plus les conditions des chômeurs seront merdiques, plus leurs allocations sont incertaines et rabotées, plus tu devras courber l'échine, accepter des conditions de travail et des salaires merdiques.

Maintenant, tu as compris pourquoi les gouvernements néolibéraux, de droite comme de « gôche » t'encouragent à casser du chômeur, et montent les travailleurs avec et sans emploi les uns contre les autres.

Parce que ça leur permet de te sous-payer, et d'augmenter la pression sur toi, et donc de s'en mettre plein les poches sur ton dos, et de t'empêcher de te rebeller...

Penses-y, la prochaine fois que tu râleras sur les "chômeurs-profiteurs"

 

PS; J'ai trouvé ce texte sur le Net, mais je n'ai pas la référence. Je m'excuse auprès de l'auteur d'avoir pris son article sans autorisation mais ne l'a-t-i pas posté pour le diffuser largement ? (SVPat)

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article