Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Svpat M...

Mais où sont les funérailes d'antan ...

15 Mars 2014 , Rédigé par svpat-maah-renaud

Mais où sont les funérailes d'antan ...

Une amende pour avoir trinqué

....sur la tombe de son mari !

"Bon anniversaire"

Le mercredi 17 juillet dernier, Josiane Couston , une dame âgée de 64 ans, s'est rendue avec quatre amies, l'un de ses enfants et un petit-fils, âgé de 3 ans, sur la tombe de son époux Jean-Luc qui repose au cimetière des Angles.

"Venez boire un verre sur ma tombe". Jean-Luc Couston était un épicurien. Personnage haut en couleurs, le "kiné" était une figure du village de Sauveterre. "Jean-Luc et Josiane aimaient la vie, faire la fête et accueillaient tout le monde dans leur maison qui avait toujours les portes ouvertes", se souvient avec émotion Me Emilie Chapuis.

Avant de décéder à l'âge de 61 ans des suites d'une maladie, en septembre 2011, Jean-Luc a demandé à son épouse qu'elle vienne fêter son anniversaire sur sa tombe une fois qu'il ne serait plus. Un vœu que Josiane a tenu à honorer.

Ce 17 juillet 2013, lors d'un petit pique-nique organisé au cimetière, Josiane et ses amies, tout en partageant une bouteille de champagne et en grignotant des biscuits apéritifs, ont évoqué des souvenirs communs.

Un trouble à la tranquillité

Étonnée par l'arrivée de trois policiers municipaux, Josiane n'a pas accepté d'entendre qu'elle aurait, avec son fils et ses amies, occasionné un trouble à la quiétude des lieux.

Selon les agents, la célébration n'aurait pas été du goût de plusieurs personnes qui se sont plaintes d'avoir été gênées dans leur recueillement.

Josiane, qui ignorait l'interdiction de boire de l'alcool dans un cimetière, a promis lors de son audition devant les gendarmes de Roquemaure qu'elle ne recommencerait pas. Une audition au cours de laquelle elle a cependant contesté avoir fait du tapage lors de cette cérémonie.

Loin d'en rester là, la procédure a suivi son cours. Josiane a écopé d'une amende de composition pénale d'un montant de 38 € pour une "violation d'une interdiction ou manquement à une obligation édictée par décret ou arrêté de police pour assurer la tranquillité , la sécurité ou la salubrité publique".

"Josiane a fait opposition de cette décision car au-delà de cette amende c'est une question de principe pour cette dame qui a tenu, sans penser à mal, à honorer le voeu de son époux", confie Me Emilie Chapuis. L'avocate entend bien obtenir la relaxe de sa cliente lors de l'audience qui va se tenir prochainement devant le tribunal de police d'Uzès (Gard).

Source Midi Libre

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article